Découvrez l’incroyable histoire de L’Hermione, ce somptueux bateau surnommé « La frégate de la liberté »… Cap sur la création et l’évolution de ce célébrissime navire de guerre français.

1) Sa construction

Le bateau légendaire de L’Hermione débute sa vie à Rochefort. A l’époque, l’Arsenal de Rochefort est un site militaire industriel qui permet de faire travailler et vivre toute la ville. Plusieurs arsenaux sont ouverts en France par la volonté de Louis XIV. 
A Rochefort, la Corderie Royale voit le jour en 1666, pour fabriquer les plus grands et les plus gros cordages du royaume destinés à la marine royale.

Au siècle suivant, en 1779, L’Hermione est mise à l’eau, 6 mois à peine après sa construction. Il s’agit en fait d’un navire de guerre de catégorie intermédiaire, et plus précisément d’une frégate de 12, car armée de canons tirant des boulets de 12 livres.
Elle sert à protéger et à accompagner les navires de commerce, d’éclaireur aux escadres et donne la chasse aux corsaires ennemis.

Elle reçoit le doux nom d’Hermione qui, dans la mythologie grecque, est la petite fille d’Océan (Hélène, sa mère, est fille d’Océan).

2) La Fayette et L’Hermione

La légendaire Hermione a une âme particulière. L’histoire de ce bateau est liée à la naissance des Etats-Unis d’Amérique.

Le 10 mars 1780, le marquis de La Fayette embarque pour faire son deuxième voyage vers l’Amérique.

Après 38 jours en mer, La Fayette débarque à Boston. 
Sa mission est de prévenir le général George Washington de l’arrivée imminente d’une armée française destinée à aider les insurgents américains dans leur lutte contre les Britanniques. Sur mer, L’Hermione va s’illustrer dans de nombreux combats et restera presque deux ans sur le théâtre américain, commandée par Latouche-Tréville.

L’alliance franco-américaine sortira vainqueur face à l’ennemi britannique.
C’est la baie de Chesapeake, le plus grand estuaire des Etats-Unis, qui sera le théâtre d’une bataille navale décisive, une victoire française, le 5 septembre 1781, qui amènera  l’indépendance des Etats-Unis.

En 1782, L’Hermione regagne la France.

3) Sa disparition

Durant plus de 10 ans elle servira au large des côtes françaises et jusque dans l’océan Indien.

En 1793, alors que la guerre de Vendée est à son apogée et que la révolution française gronde, par la faute d’un pilote peu expérimenté L’Hermione s’échoue sur des rochers au large du Croisic, sur le plateau du Four. La frégate sombrera en quelques heures.

4) Sa reconstitution

La France n’ayant gardé aucun navire de cette époque, de nombreux artisans vont se relayer pour faire honneur à la frégate L’Hermione et lui redonner vie en construisant une réplique, de 1997 à 2014. 

Cette restitution prend forme dans l’arsenal de Rochefort, juste à côté de la Corderie Royale. C’est l’association Hermione-La-Fayette qui est à l’origine de ce projet ambitieux pour reproduire à l’identique la célèbre Hermione.
Elle est lancée en eaux salées le 7 septembre 2014 et va donc d’abord naviguer sur les côtes voisines pendant 3 mois, puis visiter les villes de Brest, La Rochelle et Bordeaux, pour revenir à son port d’attache, son berceau : Rochefort.

Première navigation réussie. L’association donne le feu vert pour un voyage direction les Etats-Unis et le 18 avril 2015, L’Hermione quitte les côtes rochefortaises pour traverser l’Atlantique.

Pendant plus de 5 mois, elle arpente les côtes américaines et fait remonter à la surface plus de deux siècles d’Histoire tout en symbolisant l’amitié franco-américaine, avant de revenir à Rochefort, fin août 2015.

En 2018, elle reprend du service avec un voyage en Méditerranée et des escales à Tanger, Sète, Toulon, Marseille, Port-Vendres, Nice, Bastia, Portimão, Pasaia, Bordeaux et Rochefort, dans le but de mettre en lumière la francophonie.

 

Comme vous pouvez le constater, L’Hermione constitue un pan d’histoire qui a repris des couleurs en 2014 grâce à sa reconstruction à l’identique.